Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

PUBLICITE
 
Accueil » Alerte Info
Actualités
Lundi 17/09/2012, 17:45
Rentrée/Université Houphouët Boigny: de petits travaux de finition en cours (REPORTAGE)
Par Oumar SORO

L’Université Félix Houphouët Boigny de Cocody-Abidjan (publique), subit toujours de petits travaux de finition avant la reprise effective des cours, dont la date n’a pas encore été communiquée, deux semaines après le lancement officiel de la réouverture des universités publiques fermées depuis le 19 avril 2011, au lendemain de la grave crise postélectorale, a constaté un journaliste de ALERTE INFO.

Université Félix Houphouët Boigny, Cocody (Abidjan)

Ces retouches interviennent malgré la grande métamorphose qui s’est opérée au sein des universités publiques ivoiriennes réalisées par la Société d’infrastructures modernes pour le développement de la Côte d’Ivoire (SIMDCI), en charge du "projet universitaire 2012".

 

"Tout est fin prêt, les gens sont juste en train de raccorder les petites choses. Tout le matériel est là, il ne reste plus grand-chose à faire", rassure un des techniciens du Bureau national d'études techniques et de développement (BNETD) sur le site, sans toutefois donner une date exacte de la fin des travaux.

 

Un peu plus loin du bâtiment de Chimie biologie géologie (CBG), une camionnette de couleur verte sur laquelle l’on peut lire: "eau spéciale", se charge de l’arrosage des gazons et des fleurs des espaces verts. A quelques encablures, deux maçons et sept ouvriers s’attèlent à construire une passerelle sur le sol pour relier les bâtiments.

 

"Il nous reste quelques passerelles à faire", lance Aboudramane Touré, un des maçons, tenant un bâton en main en train niveler le béton que vient de verser l’un des ouvriers.  

 

"Il faut relier les espaces vides entre les bâtiments pour éviter que des gens passent dans les espaces verts", explique-t-il, ajoutant travailler selon les instructions des ses supérieurs hiérarchiques.

 

Le Camerounais Luc James et l’Ivoirien Sévérin Kouassi, avec des marteaux à la main, se chargent de casser toutes les petites dalles usées qui couvrent les caniveaux et d’en construire de nouvelles.

 

OSO/PAL