Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

PUBLICITE
 
Accueil » Alerte Info
Actualités
Jeudi 02/03/2017, 16:21
Fronde sociale au Burkina: Les syndicats "ne sont pas habilités à décréter une trêve sociale", selon leur porte-parole
Par Bernard BOUGOUM

Les syndicats du Burkina "ne sont pas habilités à décréter une trêve sociale", a déclaré jeudi à Ouagadougou le porte-parole de l’Unité d’action syndicale (UAS) Yamba Georges Koanda, après une rencontre avec le chef du gouvernement Paul Kaba Thiéba qui avait demandé de marquer une trêve aux multiples mouvements qui "menacent la paix et la stabilité" du pays.

Les responsables de l'UAS

 

"La trêve sociale ne se décrète pas et l’UAS n’est pas habilitée à proclamer une quelconque trêve sociale", a dit M. Koanda, ajoutant que l’Unité d’action syndicale "recommande fortement au gouvernement de reconsidérer profondément ses rapports avec les organisations syndicales de sorte à donner tout son sens au dialogue social".

 

Le Premier ministre Paul Thiéba "nous a fait comprendre que tout ce qu’il avait dit (comme griefs) au sujet de l’UAS était classé dans le passé", a-t-il confié, promettant de "travailler avec le gouvernement pour assainir le climat du dialogue de façon à ce que véritablement notre pays puisse aller de l’avant ".

 

L’UAS a tenu également à relever que l’UAS ne comprend l’ensemble des syndicats de notre pays. Vous avez des syndicats sur e plan sectoriel qui ne font pas partie de l’UAS", a poursuivi son porte-parole, notant qu’"actuellement nous avons demandé au gouvernement d’aller en discussion avec les syndicats qui sont en mouvement et nous sommes certains qu’ils vont trouver des solutions".

 

Le gouvernement a discuté avec l’UAS sur les "meilleurs moyens d’avancer dans le dialogue à partir de maintenant sur la contribution des organisations de se regrouper autour d’un cadre fédérateur pour l’apaisement sur le front social et la consolidation du dialogue social", a indiqué le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale Clément Pingwendé Sawadogo.

 

 

"Aucun des syndicats ne peut dire que le gouvernement ne l’a pas rencontré pour discuter. Non ! Donc ce n’est pas faute de rencontres pour discuter mais c’est comment on trouve le compromis", a réagi M. Sawadogo, pour qui "les incompréhensions ont été levées. On sait mieux compris avec les syndicats au cours de cette rencontre de mise au point qui a permis d’éponger les petits malentendus et de rassénérer le climat social".

 

Samedi, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba avait demandé aux syndicats de marquer une trêve sociale en vue de permettre au "pays d’avancer".

 

BBO